top of page
  • Photo du rédacteurMichael Girod

Ils préfèrent s'auto-éliminer plutôt que postuler ...


(Cliquer sur l'image pour accéder à l'article)


Je partage avec vous tous cet article très intéressant publié en presse régionale (et donc loin de toute la presse spécialisée dont nous sommes tous très friands ici hein ?).


Étant à présent plutôt de l’autre côté de la barrière, c’est à dire passé de recruteur à recruté (potentiel) , je peux me mettre à la place des candidats hésitants face à des descriptions de postes qui peuvent parfois être intimidantes. Soit parce qu’elles demandent des prérequis qui pourraient manquer, soit au contraire parce qu’elles restent trop floues sur les attendus.


Comme je l’ai indiqué dans mon introduction liminaire (pléonasme), j’ai été assez souvent recruteur et cela demande du temps de trouver la bonne personne. Parfois il est difficile de cerner le besoin et les compétences techniques ; d’autres fois, on se retrouve avec pléthore de candidats que l’on a tous envie de rencontrer ; et puis après le choix, on peut avoir affaire à l’erreur de casting, voire au fond bond de dernière minute. Dans ces cas-là, j’ai toujours été compréhensif, on a tous des vies parfois un peu compliquées.


En tout cas, que ce soit du côté du candidat ou du demandeur, il ressort de l’article, comme de mon expérience, que nous avons sans doute à améliorer nos façons de faire. Et notamment sur un point mis en avant dans l’entrevue : les compétences.


J’ai toujours eu du mal avec ce terme, sans doute influencé que je suis par des réflexions de l'Éducation Populaire (ou éducation politique des adultes). Est-ce que l’on recherche avant tout du savoir-faire ou du savoir-être ? Des qualifications, rattachées au métier ou des qualités personnelles, plutôt liées à l'adaptation à son environnement ?


Tout dépend de la définition du mot “compétence”. Trop souvent elle sera rattachée au savoir-être (des qualificatifs que l’on retrouve souvent dans les annonces : polyvalence, flexibilité, dynamisme, etc.) alors que c’est bien plus que cela. C’est un mélange de savoir (sommes des savoirs théoriques et techniques ou connaissances), de savoir-faire (ou habiletés / qualifications) et de savoir-être (ou qualités personnelles). Pour chacun d’entre nous, cela correspond à savoir combiner ses connaissances (savoirs acquis) avec des éléments de sa personnalité (savoir-être) et avec certaines aptitudes (savoir-faire). C’est donc bien un ensemble d’éléments à prendre en compte et surtout, il faut savoir correctement les reconnaître et les nommer.


En conclusion,il faut en premier lieu bien se connaître et savoir mettre en avant toutes ses compétences et pas seulement quelques unes. Et côté recruteur, peut-être prendre plus le temps d’expliquer ce qui est fait dans l’entreprise (ou la mission) plutôt que mettre en avant son merveilleux monde intérieur (avec ou sans baby foot en salle de pause).


Et vous, des expériences à partager ? Ou des avis éclairés / éclairants ?




7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page